2007

15-16 avril 2007 :

              « Sans les œuvres, ta foi est morte »

                                      à partir de la lettre de saint Jacques

 21-22 juillet 2007 :

             L’anthropologie de saint Benoît

 24-25 novembre 2007 :

            « La joie à la suite du Serviteur »

                                      à partir de la lettre de saint Paul aux Philippiens

 *********************************************** 

Texte de préparation du 15 et 16 Avril 2007

« Sans les œuvres, ta foi est morte ! »                                                                        Lettre de Jacques

Lire la Lettre de Jacques, en entier, sans utiliser les notes en un 1er temps.

  • Qu’est-ce que vous frappe ? Qu’est-ce que vous appréciez ? Que retenez-vous de cette 1ère lecture rapide ?
  • Vous êtes familiers des lettres de Paul, au moins par la liturgie, sentez-vous une différence, laquelle ? Deux éléments pourraient être signalés.

N’y passez pas trop de temps, retenez ce qui vous vient spontanément à l’esprit.

  • Que dire de la façon dont l’auteur s’exprime, et quelle est la qualité de ses rapports avec la communauté à laquelle il s’adresse ? Aujourd’hui comment son discours serait-il accueilli ?

Lisez si possible l’introduction de votre Bible et relisez la Lettre avec les notes explicatives

  • Quelle était la situation de la communauté chrétienne à laquelle appartenait l’auteur d’après les reproches ou les appels à la conversion que nous lisons ? Quel était le milieu ambiant de l’époque ?  

Est-il toujours facile d’accorder notre vie avec notre foi et nos paroles ? Le Christ, tel que les évangiles nous le montrent, nous ouvre-t-il un chemin de vérité ?

Le visage de Dieu que nous révèle cette lettre est-il celui du Dieu de Jésus-Christ ? 

  • Retrouvons-nous des réalités vécues à notre époque ? Nous situons-nous face à elles comme l’auteur de la Lettre ? Nous sentons-nous concernés en tant qu’êtres humains et en tant que chrétiens ? Ce texte ancien (vers l’an 80) est extraordinairement contemporain de notre société et des questions qui se posent avec acuité. Que peut-il dire d’urgent à notre monde d’aujourd’hui ?

Est-il facile « d’inculturer » le message chrétien dans une culture étrangère à ses exigences ? Nous sommes invités à prendre conscience de la mission qui nous incombe aujourd’hui. Nous sommes de ce monde-ci, mais en même temps « pas du monde » en ce sens que nous devons jouer le jeu à plein par notre engagement, tout en restant fidèles à Jésus Christ. C’est lui qui donne sens à notre vie. Sa place dans ce texte ?

  • L’auteur de cette lettre nous invite à vivre autrement, d’une façon nouvelle, selon la loi de liberté (1,25).

 Il nous prend par la main et nous conduit petit à petit vers cette liberté qui rend heureux, paisible, courageux.

 Travailler le texte en suivant et faire le rapprochement avec la Règle de Saint Benoît.

****************************************

 Texte de préparation du 21 et 22 Juillet 2007

« L’anthropologie de Saint Benoît »

  • Comment définiriez-vous l’homme contemporain : ses qualités et ses richesses, ses failles et ses faiblesses ? (à noter que l’homme contemporain est l’homme de toujours !)
  • Quel idéal humain poursuit-il ? Quelles sont ses nouvelles valeurs ?
  • Comment peut se situer le chrétien qui veut vivre selon l’évangile ? 
  • Quelle vision de l’homme découvrez-vous dans la Règle de saint Benoît et dans ce que vous savez de la vie de St Benoît ? Benoît est exigeant certes, mais quelle impression vous laisse la lecture de sa Règle ?
  • Quel regard pose-t-il sur l’homme ? Quelle réalité humaine et quel idéal apparaissent dans le texte de la RB ? Lire 53,8-9 
  • Benoît vous semble-t-il réaliste ? pourquoi ? Benoît n’est pas un naïf, mais son réalisme ne tourne jamais à l’amertume et à la désespérance. « Ne jamais désespérer de la miséricorde de Dieu. » 4,74 
  • Quelles sont les médiations (les moyens) mises en œuvre par Benoît pour atteindre l’idéal qu’il désire pour ses moines et donc pour tout chrétien marchant sur les chemins de l’évangile ?

 L’idéal que nous offre St Benoît est possible car pour lui, c’est toujours l’amour qui a le dernier mot. Il s’adresse à tous : « qui que tu soisaccomplis avec l’aide du Christ… tu parviendras … » (73,8-9) 

L’homme est appelé à devenir fils dans le Fils. C’est le terme vers lequel il tend qui l’imprègne et le façonne. Tout est dans le regard que nous portons sur nous-mêmes d’abord, sur le monde et sur les hommes nos frères. Que le Christ qui a porté notre fragilité et notre faiblesse nous apprenne à regarder les autres, comme lui, avec les yeux du Père.

Textes de la RB à consulter de préférence : 

          Prologue, chapitres 2, 4, 5, 31 à 41, 49, 53, 58, 59, 71, 72 et sans doute bien d’autres si vous en avez le temps…

********************************************

Texte de préparation du 24 et 25 Novembre 2007

« La Joie… à la suite du Serviteur » 

A partir de la Lettre de saint Paul aux Philippiens.

  • Lire la Lettre de Paul d’un seul trait si possible ou au moins en un temps assez court. Noter ce qui vous frappe dès cette première relecture.
  • Quelle est la relation de Paul avec la communauté chrétienne de Philippe ?

Comment l’exprime-t-il ?

Retrouvez-vous quelques éléments de la Règle de saint Benoît ? 

  • La transmission de la Bonne Nouvelle était-elle facile à cette époque ? Quelles difficultés Paul rencontre-t-il ? Comment réagit-il ?

 Qu’en pensez-vous ? (dans la Règle de saint Benoît ?…) 

Quel message pour nous, dans notre vie quotidienne de chrétiens appelés à témoigner de leur foi ?

Pour l’église du XXI° siècle ? Aujourd’hui et concrètement ? 

  • LA JOIE : c’est un thème qui court au travers de toute la Lettre et qui crée en quelque sorte une certaine unité. Des spécialistes pensent qu’il s’agit en fait de plusieurs billets, réunis par les communautés chrétiennes, en une seule lettre. La JOIE, mais pas n’importe quelle joie !  

A quelle joie Paul nous invite-t-il ? Quelle en est la source ? Où Paul trouve-t-il le courage de continuer sa mission et d’attendre dans la paix un avenir bien incertain pour lui ? (dans la RB, 2 mentions de la joie : Chap. 7, au 4ème degré de l’humilité, et au chap. 49 sur le carême, quel écho en nous ?)

 

     *** Cette Lettre contient de belles formules qui peuvent nourrir notre foi au Christ et nous faire vivre. Relevez-en quelques-unes. 

  • L’hymne au Christ de 2,6-11 est à creuser davantage. Il serait bon de l’écrire pour mieux en repérer la construction et prier ce texte. Quel visage de Jésus s’en dégage ? Quel appel pour nous aujourd’hui ?
  • 

Comparer Ph 2,6-11 avec Genèse 3,1-13…

St Augustin était comme fasciné par ce parallèle. Il a cité 890 fois un ou plusieurs versets de l’hymne et 40 fois l’hymne en entier dans ses œuvres.

  • Préparez à l’avance ce que vous aimeriez davantage partager lors de notre rencontre.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s